L’excentrique en musculation et en préparation physique, c’est une notion dont on entend souvent parler. De quoi s’agit-il réellement ?

L’excentrique est une forme de contraction musculaire. En effet il existe trois principales contractions musculaires : le concentrique, l’excentrique et l’isométrique. Elles se distinguent par le mouvement des extrémités du muscle.

 

Ainsi, durant la phase concentrique, les deux extrémités du muscle se rapprochent, on soulève le poids. On parle alors de phase positive du mouvement.

 

Pour ce qui est de l’isométrique, il n’y a pas de mouvement articulaire donc pas de modification sur la longueur du muscle, la force de résistance est alors égale à la force produite par l’activation des fibres musculaires (mais de sens opposé).

 

Enfin, l’excentrique, en opposition au concentrique se caractérise par l’éloignement des extrémités du muscle, on retient alors la charge : on parle de phase négative.

 

 

Excentrique en musculation : contractions musculaires

 

Comment se traduit il dans l’entraînement ?

 

Aujourd’hui, les entraînements dits « traditionnels » se caractérisent par une charge absolue équivalente en phase concentrique et excentrique d’un exercice. Cependant, il a été démontré que les muscles squelettiques étaient capables de produire 50% de force en plus en contraction excentrique en comparaison de la contraction concentrique.

 

Le muscle est donc plus fort en excentrique mais en pratique il est difficile de surcharger cette phase du mouvement, le pratiquant étant limité par sa force concentrique pour effectuer une série d’un exercice.

 

Un exemple avec le développé couché. Même si vous êtes capable de retenir une charge plus lourde, vous serrez ensuite dans l’impossibilité de soulever cette charge, le muscle étant moins fort en concentrique et donc bloqué sous la barre.

 

 

Quel est l’intérêt du travail excentrique ?

 

Nous avons donc vu que nous étions plus forts en excentrique, le travail excentrique peut donc permettre l’utilisation de charges supérieures à notre charge soulevée une seule fois en concentrique, on parle alors de charges supra-maximales. Ces charges induisent un stress nerveux supérieur au travail concentrique ce qui permet un gain de force notable, le développement des facteurs nerveux étant le principe de base de la prise de force.

 

La surcharge de la phase excentrique permet d’utiliser plus de poids par rapport à l’entraînement « traditionnel », on augmente ainsi la tension mécanique qui est l’un des facteurs de l’hypertrophie.

 

Enfin la manipulation de charges supra-maximales grâce au travail excentrique permettrait de « potentier », c’est-à-dire mobiliser plus de fibres musculaires pour les garder activées dans le but d’être plus performant lors de la réalisation d’un mouvement effectué après.

 

La technologie CONEX, une innovation en accord avec le travail excentrique en musculation

 

Malgré le fait que les muscles soient plus puissants en contraction excentrique, la surcharge de la phase excentrique est difficile voire impossible à mettre en place si on veut immédiatement la coupler avec une phase concentrique.

 

La technologie CONEX® permet sur une machine, de programmer un allègement d’une partie du mouvement par un système d’assistance avec vérins à air. La surcharge de la phase excentrique est donc possible et induite par l’allégement de la phase concentrique.

 

Il est alors possible d’alterner de façon pratique une phase concentrique suivie d’une phase excentrique surchargée.

 

L’excentrique en musculation : Conex

 


Découvrez nos produits de la gamme NEXT avec la technologie Conex ©

 

 

 

Restons connectés

Bibliographie :
  • DOAN, B. K., NEWTON, R. U., MARSIT, J. L., TRIPLETT-MCBRIDE, N. T., KOZIRIS, L. P., FRY, A. C., & KRAEMER, W. J. (2002). Effects of Increased Eccentric Loading On Bench Press 1RM. Journal of Strength and Conditioning Research16(1), 9‑13.
  • Friedmann, B., Kinscherf, R., Vorwald, S., Muller, H., Kucera, K., Borisch, S., Richter, G., Bartsch, P., & Billeter, R. (2004). Muscular adaptations to computer-guided strength training with eccentric overload. Acta Physiologica Scandinavica182(1), 77‑88.
  • Friedmann-Bette, B., Bauer, T., Kinscherf, R., Vorwald, S., Klute, K., Bischoff, D., Müller, H., Weber, M. A., Metz, J., Kauczor, H. U., Bärtsch, P., & Billeter, R. (2009). Effects of strength training with eccentric overload on muscle adaptation in male athletes. European Journal of Applied Physiology108(4), 821‑836.
  • Godard, M. P., Wygand, J. W., Carpinelli, R. N., Catalano, S., & Otto, R. M. (1998). Effects of Accentuated Eccentric Resistance Training on Concentric Knee Extensor Strength. Journal of Strength and Conditioning Research12(1), 26‑29.
  • Ojasto, T., & Häkkinen, K. (2009). Effects of Different Accentuated Eccentric Load Levels in Eccentric-Concentric Actions on Acute Neuromuscular, Maximal Force, and Power Responses. Journal of Strength and Conditioning Research23(3), 996‑1004.
  • Perdrix, T. (2019, 18 juillet). Le travail excentrique et dynamique négatif en musculation. Coach sportif Grenoble domicile ou exterieur – Tristan Perdrix.
  • Wagle, J. P., Taber, C. B., Cunanan, A. J., Bingham, G. E., Carroll, K. M., DeWeese, B. H., Sato, K., & Stone, M. H. (2017). Accentuated Eccentric Loading for Training and Performance : A Review. Sports Medicine47(12), 2473‑2495.
  • Walker, S., Blazevich, A. J., Haff, G. G., Tufano, J. J., Newton, R. U., & Häkkinen, K. (2016). Greater Strength Gains after Training with Accentuated Eccentric than Traditional Isoinertial Loads in Already Strength-Trained Men. Frontiers in Physiology7.